vendredi 20 décembre 2013

carré-terre

Publié en décembre 2013
64 pages
ISBN : 979-10-91405-18-8

carré-terre au bord de la rue dans mon quartier carré de lenteur carrément terre


cliquez dans l'image puis zoomez à l'aide des pictogrammes à droite de l'écran Calaméo







A télécharger aussi gratuitement au format ePub, Kindle sur Feedbooks, 
déjà téléchargé 92 fois sur Feedbooks depuis le 20 décembre 2013

et puis surtout laissez-moi un petit commentaire sur ce livre, n'hésitez pas cela m'intéresse beaucoup. C'est juste ici en dessous :

1 commentaire:

  1. Voici quelques commentaires reçus pour ce recueil :

    -"Votre texte est superbe et touche plus particulièrement le petit jardinier amateur que je suis. Je repenserai à vos mots en alimentant mon compost ou en refaisant mon carré de fraisiers dans deux mois. En cueillant ma rhubarbe (ma plante préférée, merci Marco)."rentrer travailler la glaise des mots incertains" Il y a dans ces vers (à lire dans les deux sens) et dans tout le recueil une sublime métaphore entre le travail du poète et celui du jardinier. Métaphore que je partage entièrement."
    Guy Allix
    http://guyallixpoesie.canalblog.com

    -"Que dire de vos poèmes, je ne suis ni critique ni rien du tout, vous êtes un soigneur voilà ce que j’en tire, le bonheur pointe le nez chaque fois, mais contrairement à la poésie habituelle des professeurs retraités , chez vous, au milieu de la nature, il y a un peu de pourriture, une déchèterie évasive, l’évocation d’un manque de saisons qui dépastoralisent les images , vous n’êtes pas dupe de la réalité, vous n’abrutissez les lecteurs, vous essayez simplement ( il me semble), de préserver ( d’éveiller, de maintenir de goût) de ce qui n’est plus mais qui pourrait renaître ( ?) si on savait davantage apprécier les cadeaux de la nature, un peu comme la culture permettait d’apprécier des œuvres qui passent inaperçues aux yeux des béotiens , hélas beaucoup d’hommes qui n’écrivent pas sont passés par là – et passent encore, qui n’ont pas laissé que des poèmes. Quant à la culture, elle est devenue un instrument de matraquage, une prise en main de la population, elle ne sert plus qu’à faire avaler des couleuvres.
    Bon courage à vous et merci pour vos poèmes."
    Fabrice Marzuolo http://autobus.centerblog.net/

    -"Merci de m'avoir fait partager vos poèmes. J'y trouve des pépites (le chat qui veut s'envoler, "carrément terre", les cailloux comme des mots qui s'incrustent : p. 4, 5; 6, 7, 12, 21, 56, 58 La fin me plaît moins. Lire trop à la fois, ce n'est pas bon pour la poésie; A reprendre plus tard. Amicalement."
    Nicole Laurent-Catrice

    -"Il y a beaucoup de bonheurs d'écriture dans vos textes et aussi une limpidité qui me plaît. Sans qu'ils soient à proprement parler des haïkus, ils en ont le toucher délicat et le prolongement dans l'esprit du lecteur."
    jean-François Mathé

    RépondreSupprimer